Master class « Entreprendre en temps de crise »

dans Non classé

Par Gilles Martin (CS 1986), PDG fondateur d’Eurofins _ le 2 février 2021
Gilles Martin_CS 1986

La Fondation CentraleSupélec finance fortement le développement de l’écosystème entrepreneurial et la pédagogie à l’École depuis plusieurs années, dont la start-up week. Au-delà du financement, chaque année, la fondation propose une master class animée par un alumni à destination des élèves de CentraleSupélec.

Dans le cadre de la start-up week de CentraleSupélec, Genius, la Direction des Relations Entreprises et de la Valorisation, l’équipe Entrepreneuriat et la Fondation ont eu le plaisir d’accueillir Gilles Martin, PDG fondateur d’Eurofins et diplômé de CentraleSupélec (promo 1986), le mardi 2 février 2021.

Entrepreneur brillant mais discret, Gilles Martin a exceptionnellement accepté de s’adresser aux élèves de CentraleSupélec. Durant près d’une heure, il a partagé avec eux son expérience, ses années à CentraleSupélec, ses premiers pas dans l’entrepreneuriat parallèlement à ses études, ses réussites, ses échecs, ses doutes et surtout le développement d’Eurofins.

C’est ainsi plus de 700 participants qui ont pu bénéficier des conseils avisés de Gilles Martin qui a pris le temps de répondre aux nombreuses questions de l’auditoire. La master class était principalement destinée aux élèves de première année mais elle a également rassemblé un grand nombre de salariés et d’alumni de l’école.

Eurofins est l’un des partenaires les plus fidèles et les plus engagés de CentraleSupélec. Très investie pour les élèves, l’entreprise est engagée depuis 2020 dans le programme des bourses Sébastienne Guyot destinées à des jeunes femmes (élèves à CS) aux moyens financiers limités.

De plus, les entreprises partenaires de l’école sont depuis toujours associées à la vie de l’École comme des acteurs de formation à part entière et comme partenaires du Centre de recherche : CentraleSupélec compte 20 chaires d’entreprises et de recherche, et pas moins de 140 entreprises partenaires.

L’entrepreneuriat est depuis longtemps au cœur de l’enseignement de CentraleSupélec, et l’est encore davantage au sein du nouveau cursus ingénieur, qui a pour vocation de former de véritables « ingénieurs entrepreneurs ».


La start-up week de CentraleSupélec

Chaque année, au mois de février, CentraleSupélec organise la « start-up week » afin d’initier les élèves-ingénieurs de première année à l’entrepreneuriat. Durant cette semaine, ils sont amenés à réfléchir, développer et présenter des idées de création d’entreprise dans un format assez poussé englobant toutes les phases de développement : depuis l’étape d’idéation, en passant par la recherche de faisabilité et jusqu’à la mise sur le marché du projet et son déploiement.

Chaque année, au mois de février, CentraleSupélec organise la « start-up week » afin d’initier les élèves-ingénieurs de première année à l’entrepreneuriat. Durant cette semaine, ils sont amenés à réfléchir, développer et présenter des idées de création d’entreprise dans un format assez poussé englobant toutes les phases de développement : depuis l’étape d’idéation, en passant par la recherche de faisabilité et jusqu’à la mise sur le marché du projet et son déploiement.

Si tous les élèves ne deviendront pas des entrepreneurs, il est important de les sensibiliser à cette ouverture. La start-up week plaît beaucoup aux élèves qui, au-delà de la création d’entreprise, ont l’occasion de rencontrer et d’échanger avec des alumni et des professionnels qui les coachent tout au long de la semaine. C’est un grand moment d’émulation très instructif et convivial. Enfin, il n’est pas rare que des projets de start-up week deviennent de véritables projets entrepreneuriaux par la suite.

La start-up week est l’un des principaux événements de l’année à CentraleSupélec. Elle mobilise un grand nombre de personnes de l’Ecole, que ce soit le corps enseignant, l’équipe Entrepreneuriat et la Fondation. Plusieurs autres directions de l’Ecole interviennent également en fonction support. Grâce à la Direction des Relations Entreprises et de la Valorisation (DREV), l’Ecole peut mobiliser des coachs issus des entreprises partenaires qui accompagnent ainsi les élèves dans leur projet de création de start-up. Une belle occasion pour l’entreprise et l’école de matérialiser leur partenariat avec les élèves.

Répondre