Les solutions à imaginer pour répondre aux problématiques du 21ème siècle feront toutes appel à la science et à la technique. C’est pourquoi CentraleSupélec se positionne avec force au cœur des grands enjeux de société.

 

Santé

LE DEFI D’ANTOINE CHAILLET

Améliorer les thérapies par Deep Brain Stimulation (DBS) pour mieux soigner la maladie de Parkinson

la DBS, qui consiste en une stimulation électrique de certaines zones cérébrales, est aujourd’hui l’une des thérapies privilégiées dans le traitement des symptômes moteurs parkinsoniens.
MAis elle soufre encore d’importantes limites auxquelles Antoine Chaillet souhaite remédier grâce aux principes de l’automatique.
Certains symptômes étant liés à des oscillations cérébrales intempestives dans des zones profondes du cerveau, l’enseignant-chercheur propose ainsi d’atténuer ces oscillations et d’affiner la DBS pour qu’elle s’adapte en temps réel à l’état du patient, à partir de mesures provenant d’électrodes implantées.
Son objectif : adapter l’intensité et la force du signal de stimulation pour rendre le traitement plus efficace…et énergiquement plus économe.

L’ENGAGEMENT DE SARAH LEMLER

Mieux traiter le cancer du sein grâce aux mathématiques.

Le traitement reçu par une femme atteinte d’un cancer du sein a-t-il un impact sur la durée de survie sans rechute ?
Quels sont les gènes pertinents qui permettent d’expliquer la durée de survie sans rechute ?
Peut-on prédire cette durée en fonction des caractéristiques génétiques propres à chaque patiente ?
Telles sont les questions auxquelles Sarah Lemler souhaite apporter des réponses par une analyse statistique reliant la durée de survie sans rechute à des variables génétiques et cliniques (âge, taille de la tumeur, stade de la maladie…)
Sarah travaille ainsi sur une cohorte d’environ 250 patientes, disposant pour chacune d’entre elles de 6 variables cliniques et de près de 45 000 niveaux d’expression de gènes.
Son objectif : améliorer les traitements en agissant plus spécifiquement sur les gènes qui influencent la durée de survie des patientes.
Un enjeu au cœur de l’essor de la médecine personnalisée.


Antoine Chaillet effectue ses travaux au sein du Laboratoire des Signaux et Systèmes (L2S), en collaboration avec l’Hôpital Henri-Mondor de Créteil.


Sarah Lemler est Maître de conférence rattachée au Laboratoire Mathématiques et Informatique pour la Complexité et les Systèmes (MICS).

Intelligence Articifielle

Interview de Pauline Luc, promo 2014, chercheuse en intelligence artificielle chez Facebook

La fondation CentraleSupélec souhaite accompagner l’action du centre de recherche pour une plus grande visibilité internationale.

A cette fin, la fondation va financer le séjour pour une période de 6 mois de professeurs internationaux, issus des meilleures universités mondiales, en leur proposant le suivi d’une thèse en cotutelle avec un professeur de CentraleSupélec et le visiting professor pour une durée de 3 ans.

 

OBJECTIF

 

– Attirer 2 visiting professors par an

– Besoin de financement annuel : 150k€ / an