ECOLE CENTRALESUPÉLEC – LES CHIFFRES CLÉS

Aujourd’hui, forte de ses campus en région parisienne, à Metz et à Rennes, CentraleSupélec compte :
• 4300 étudiants et 370 enseignants et enseignants-chercheurs en interaction avec son réseau international
• 3 écoles à l’étranger (Chine, Inde et Maroc) et 5 laboratoires internationaux associés (Brésil, Canada, États-Unis et Chine).
• L’École est partenaire de 176 universités étrangères et de 140 entreprises.

Elle développe son excellence académique et sa recherche au travers de coopérations fructueuses avec les grands organismes nationaux tels que le CNRS, le CEA, l’INRIA, l’INSERM et l’ONERA.
Classée parmi les meilleures universités au Monde (164e par QS et dans le TOP 250 de THE), et pour l’employabilité de ses diplômés (28e par QS ; 35e par THE), CentraleSupélec jouit d’un réseau de 35 000 diplômés en activité, dans tous les secteurs et sur les 5 continents.

CentraleSupélec est membre-fondateur de l’Université Paris-Saclay, du réseau T.I.M.E., de l’Alliance 4Tech, partenaire stratégique de l’ESSEC Business School et préside le Groupe École Centrale.
Classée parmi les 200 meilleures universités mondiales par QS, CentraleSupélec est forte d’un réseau de 176 universités partenaires dans 45 pays, de 80 accords de double-diplôme, de 30% d’étudiants étrangers, de 20% de professeurs étrangers et d’un réseau d’Alumni de 35 000 hommes et femmes en activité sur tous les continents.

LES NOUVEAUX BATIMENTS

ROMAIN SOUBEYRAN – DIRECTEUR DE L’ECOLE

Romain Soubeyran
Directeur de CentraleSupélec

Depuis le 1er septembre 2018 Romain Soubeyran a remplacé Hervé Biausser à la direction générale de l’Ecole CentraleSupélec.

Passé par le public et le privé, Romain Soubeyran a une expérience riche et diversifiée dans le monde de l’ingénierie et de la recherche en France et à l’étranger.

Diplômé de l’Ecole Normale Supérieure et des Mines ParisTech dont il occupe un premier poste de directeur des mines et de l’énergie en Nouvelle-Calédonie, il y a aussi été directeur du développement et des relations industrielles, puis adjoint au directeur de la recherche de 1995 à 1997.

Sa carrière dans le secteur public a toujours été lié à l’enseignement. En effet, de 2004 à 2007, Romain Soubeyran exerce différents postes au sein du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche comme conseiller technique scientifique au cabinet du Ministre, adjoint à la directrice de la recherche et enfin adjoint au directeur général de la recherche et de l’innovation. Puis, ingénieur en chef au corps des Mines, il dirige l’école des Mines ParisTech de 2012 à 2016.

Entre temps, Romain Soubeyran fait son expérience dans le secteur privé. En 2000, il a été chargé de mission puis directeur de la technologie de la branche traitement sismique à la Compagnie générale de géophysique (CGG). En 2007, il rejoint CGG Veritas à Houston, où il est nommé directeur de la technologie, avant de devenir, en 2010, directeur scientifique du groupe.

Enfin, il a été directeur général de l’INPI (Institut national de la propriété industrielle) de 2016 à 2018.

Nommé pour cinq ans en qualité de directeur, Romain Soubeyran a fait son entrée à l’Ecole CentraleSupélec en même temps que la première promotion d’étudiants du nouveau cursus ingénieur.

La Fondation et l’Ecole travaillent en étroite collaboration pour affirmer le positionnement international de l’établissement tout en garantissant son excellence dans les secteurs de la recherche de de la Formation.

Dans la lignée de son prédécesseur, Romain Soubeyran a à cœur d’ériger CentraleSupélec au plus haut rang mondial des écoles d’ingénieurs et de poursuivre le travail de développement et de structuration de l’université Paris Saclay :

« Conséquence parmi d’autres de la mondialisation, la formation des élites mondiales tend à se concentrer dans un nombre de plus en plus restreint de pôles universitaires, qui attirent de plus en plus tôt les meilleurs étudiants et les meilleurs enseignants-chercheurs de toutes nationalités. Figurer parmi ces pôles nécessite de disposer d’une marque très forte à l’international adossée à une recherche puissante et au meilleur niveau d’excellence.

Confrontée à cette réalité, CentraleSupélec s’est impliquée depuis plusieurs années, sous l’impulsion d’Hervé Biausser, dans la structuration universitaire du plateau de Saclay. Depuis mon arrivée, […] j’ai poursuivi cet engagement car je suis profondément convaincu que CentraleSupélec peut devenir l’une des toutes premières écoles d’ingénieur sur le plan mondial. » Lettre de Romain Soubeyran aux donateurs de la Fondation le 30 juillet 2019.