R SOUBEYRAN id

Lettre de Romain Soubeyran – CentraleSupélec et l’Université Paris-Saclay

dans Ecole

Co logo FCS et CentraleSupélec

Chers donateurs, chers amis,

Je souhaite partager avec vous une orientation majeure que CentraleSupélec vient de décider pour inscrire pleinement son développement dans les réalités du XXIème siècle.

Conséquence parmi d’autres de la mondialisation, la formation des élites mondiales tend à se concentrer dans un nombre de plus en plus restreint de pôles universitaires, qui attirent de plus en plus tôt les meilleurs étudiants et les meilleurs enseignants-chercheurs de toutes nationalités. Figurer parmi ces pôles nécessite de disposer d’une marque très forte à l’international adossée à une recherche puissante et au meilleur niveau d’excellence.

Confrontée à cette réalité, CentraleSupélec s’est impliquée depuis plusieurs années, sous l’impulsion d’Hervé Biausser, dans la structuration universitaire du plateau de Saclay. Depuis mon arrivée, il y a un an, j’ai poursuivi cet engagement car je suis profondément convaincu que CentraleSupélec peut devenir l’une des toutes premières écoles d’ingénieur sur le plan mondial. Mais pour cela, et face aux mutations actuelles et à la globalisation du monde académique, elle doit s’adosser à un ensemble universitaire plus vaste.

Un tel rapprochement ne doit pas conduire à fusionner des écoles du plateau de Saclay dans une grosse université française traditionnelle. Il s’agit bien au contraire de construire ensemble un établissement d’enseignement supérieur et de recherche basé sur les meilleures pratiques internationales, dont l’aspect novateur dans notre pays puisse ensuite inspirer une évolution de l’ensemble du paysage académique français.

Un dialogue nourri entre l’ensemble des acteurs a permis de préparer les statuts de la future Université expérimentale Paris-Saclay. Le Conseil d’administration de notre École les a approuvés le 3 juillet dernier, ouvrant la voie à une mise en place effective le 1er janvier 2020.

Au sein de cette université, CentraleSupélec conservera sa personnalité morale et juridique de grand établissement, la maîtrise des moyens qui y est attachée, ainsi que la complète maîtrise de sa formation d’ingénieur. Mais elle s’investira dans le déploiement de l’Université Paris-Saclay en tant qu’établissement-composante, au côté de trois universités et de trois autres grandes écoles (AgroParisTech, l’Institut d’Optique Graduate School et l’Ecole Normale Supérieure Paris-Saclay, ex-Cachan). L’ensemble bénéficiera également du soutien privilégié de six organismes nationaux de recherche: le CEA, le CNRS, l’INRA, l’INRIA, l’INSERM et l’ONERA.

L’Université Paris-Saclay sera essentiellement structurée autour d’une quinzaine de Graduate Schools thématiques rassemblant formations de masters, écoles doctorales et équipes de recherche du champ disciplinaire concerné.

Dans ce cadre, CentraleSupélec pilotera la Graduate School Ingénierie et Systèmes, qui regroupera plus de 40 laboratoires représentant 20 % des enseignants-chercheurs de l’Université Paris-Saclay. Que ce soit en formation ou en recherche, l’activité de cette Graduate School représentera deux à trois fois celle de CentraleSupélec seule.

Fédérant plus de 1200 chercheurs et enseignants-chercheurs, la coordination de la Graduate School nous fera bénéficier d’un périmètre de recherche très élargi et au meilleur niveau scientifique. C’est un argument déterminant pour recruter les meilleurs étudiants français et internationaux, sensibles à la proximité de laboratoires d’excellence. Nous pourrons également ainsi discuter d’égal à égal avec les départements d’ingénierie des plus grandes institutions mondiales, d’autant que l’Université Paris-Saclay a vocation à apparaître, selon les simulations, entre la 10ème et la 15ème place du classement de Shanghai. Probablement classée première en mathématiques et deuxième en physique, elle bénéficiera d’autres éléments d’attractivité auxquels nous ne sommes pas étrangers – rappelons notamment que CentraleSupélec occupe le 6ème rang mondial en terme de réputation auprès des employeurs.

Indépendamment des enjeux de visibilité internationale, le spectre des disciplines couvert par l’Université Paris-Saclay doit nous aider à enrichir encore notre cursus ingénieur. En effet, face aux défis complexes auxquels nous sommes confrontés, liés notamment aux évolutions démographiques, au développement durable, à la transition énergétique, au réchauffement climatique et à la révolution numérique, nous pensons que nos formations en ingénierie nécessitent aujourd’hui le rassemblement de toutes les expertises, aussi bien celles historiques en mathématiques, physique et informatique, que celles des autres sciences, sciences du vivant, sciences humaines, sociales, économiques, etc.

L’Université Paris-Saclay permettra de connecter tous ces champs du savoir, trop longtemps séparés et dispersés. Et c’est la raison pour laquelle CentraleSupélec participera également à neuf autres Graduate Schools, pour mieux nous en inspirer et monter nous-mêmes en compétence autant que nécessaire.

Le vote du 3 juillet dernier constitue donc la première étape déterminante d’un projet qui va se déployer au cours des prochaines années. En effet, l’Université Paris-Saclay est créée pour une période expérimentale de dix ans, le temps que se donnent les différents membres pour converger dans leurs objectifs et leur fonctionnement.

Ce projet nous offre de magnifiques opportunités de développement. Nous comptons sur votre soutien pour nous aider à faire de l’Ecole un leader mondial.

Nous avons donc de grandes aventures à écrire et à vivre ensemble.

Avec toute notre amitié,

Romain Soubeyran, Directeur Général de CentraleSupélec,

associé à Philippe Carli, Président de la Fondation CentraleSupélec.

Répondre